Francais - BI-Südgelände

Direkt zum Seiteninhalt

Hauptmenü:

Le parque naturel du Südgelände à Berlin - une ancienne gare de triage requonquerée de la nature!

Le parque naturel est un terrain special: 18 hectares de nature préservé, après avoir presque detruit au années 1980. Notre collectif a contribué à sauver le Südgelände, un process qui  durait plus de 20 ans. Aujourd’hui tout le monde peut se promener sur ce land exceptionel pour jouir du paysage non-projeté, qui a une richesse des plantes et des animaux sauvages.

Depuis l’année 2000  le parc naturel est ouvert au public. Il y a des visites guidées régulières conduites par le BUND, une grande ONG association de protection de la nature. Le parc naturel du Südgelände a été l'un des espaces utilisés pour les projets mondiaux de l’Expo 2000 (en août 60.000 visiteurs ont découvert le Südgelände). Le sénat du développement urbain est chargé d’étudier le développement des espaces naturels, et quelquefois intervient en faisant arracher quelques arbres et faucher quelques herbes qui poussent trop. Grün Berlin Park und Garten GmbH coordonne toutes les activités sur le terrain.

Ou le parc est situé:
A l’arrondissement de Tempelhof-Schöneberg, au sud de Berlin. L’entreé est situé au station du S-Bahn Priesterweg. Il y a aussi les autobus no. 170, X76 et M76, station Prellerweg.

Horaires d’ouvertures:
Quotidienne de 9.00 jusqu’au couche du soleil. Le billet coute 1 EUR.

Contact avec le collectif (Bürgerinitiative Südgelände):


Le développement en detail:

Vers 1920 on a élargi la gare de triage, qui avait été bâtie à la fin du 19ème siècle. En 1935 le Reichsministre de la construction Albert Speer a fait le projet d'une gare gigantesque sur le terrain du Südgelände – la gare de triage devait être déplacée hors de Berlin. En 1945 les Alliers ont décidé de transférer le droit d’exploitation au «Deutsche Reichsbahn» (la société des chemins de fer de l’Allemagne de l'est). Les zones sans circulation appartenaient à l’administration des biens des chemins de fer de l'ancien Deutsche Reich (empire germanique). Durant les années suivantes on a réduit l’utilisation de la gare – bientôt les herbes commençaient à pousser entre les rails. Les graines étaient déplacées par les roues des trains.

En 1979 les députés de Berlin ont adopté la proposition de construire une nouvelle gare de triage et de marchandises, ce qui n’était pas raisonnable parce qu' on n’avait fait au préalable aucune étude de toute la circulation des marchandises par rail. Le sénat de Berlin a conclu un traité secret avec le Deutsche Reichsbahn. Quand le sénateur de la construction a ordonné d'abattre tous les arbres, notre collectif s'est constitué pour préserver la nature dans le Südgelände. C’était en octobre 1980. Nous avons demandé à un avocat d’écrire une lettre, ce qui a été fait avec succès. Le sénat a décidé de faire des expertises sur la végétation et la faune, qui n’ont révélé qu’il y avait presque 400 espèces de plantes, un quart de toutes les espèces de Berlin!) et des animaux particuliers, dont beaucoup étaient très rares et fragiles. Plus tard une expertise climatologique a prouvé l’importance de l’espace vert au milieu de la cité.

Alors nous avons commencé une grand campagne de sensibilisation à l’idée d’un parc naturel: nous avons réalisé des prospectus, des posters, des expositions, des réunions d’information pour les riverains et la presse. Chaque dimanche nous avons offert des visites guidées à travers le Südgelände. C’était illégal – il fallait entrer par un trou dans la cloture – mais il n’y a pas eu de problèmes: la police du Deutsche Reichsbahn (de l’est) n’avait pas le droit de nous demander nos papiers et notre police n’avait pas le droit d’entrer dans le Südgelände! Notre idée a reçu un accueil favorable de la part des étudiants de l’université technique et du parti Vert, et aussi des conseillers municipaux de l’arrondissement de Schöneberg – mais ils ne pouvaient pas décider sur la question de la gare. Dans le cadre de l’Exposition Internationale de la Construction, l’idée d’une réserve naturelle a été annoncée publiquement. Entre 1980 et 1983 le sénat a conduit trois processus de planifications pour légitimer la construction de la gare. Chaque fois notre collectif a informé le public d’utiliser son droit de contester le projet.

1982: A une conférence de presse, les jardiniers amateurs et des collectifs et fédérations écologiques, mais aussi quelques entreprises, ont exprimé leur soutien pour notre idée. En 1984 notre collectif et des scientifiques ont fait une expertise de la problématique du bruit et des idées alternatives pour la gare. 1985: L’adjoint au Maire de Berlin a déclaré son intention de négocier avec Allemagne de l’Est pour modifier le traité (le projet de la gare). Le résultat: un nouvel accord a été conclu pour ne pas construire la gare. Entre 1987 et 1997 notre collectif a été une association de promotion: nous avons pris un employé pour améliorer les relations publiques, par exemple grâce à un film sur le Südgelände.

1988: La chambre des députés a décidé de déclarer le Südgelände zone protégée et en quelques endroits réserve naturelle. Le nouveau sénat (socialistes et Verts) a apporté son soutien à notre idée d’une «Grüntangente», un espace vert allant du centre de Berlin jusqu’aux quartiers extérieurs. Bientôt nous avons organisé des promenades le long du Grüntangente (environ 3 km) à tour de rôle avec deux collectifs avec lesquels nous coopérions : le collectif du Westtangente (dont l'objectif était d'empêcher la construction d'une autoroute) et le groupe de travail du Gleisdreieck (espace avec une autre gare ancienne). 1989 : Avec la chute du mur, le Südgelände a été de nouveau consideré comme une zone intéressante pour le chemin de fer. On projetait de faire des voies, mais seulement au bord – il restait donc assez d’espace naturel.

Enfin en 1994, le sénat de Berlin et le Deutsche Reichsbahn ont convenu que Berlin aurait le droit de préemption sur 18 hectares du Südgelände. Un an plus tard les projets du «Potsdamer Platz» (au centre) étaient conclus. Comme mesure de compensation pour la destruction de la nature, le Südgelände devait être sauvé: 18 hectares ne seraient plus définis comme espace de circulation mais comme parc naturel! (les mesures de compensation et remplacement font partie de la loi sur la protection de la nature). A partir de 1996 notre collectif a coopéré avec la societé du Land de Berlin “Grün Berlin Park und Garten GmbH”, qui était responsable de programmer et réaliser le parc naturel. Son patron était enthousiaste au sujet du Südgelände. Pour soutenir la construction du parc naturel, l’ «Allianz Stiftung zum Schutz der Umwelt» (Fondation de la protection de l’environment de l’assurance Allianz) a donné 1,8 Million DM. Les premiers travaux ont commencé. Un groupe d'artistes a décoré le site avec des œuvres d’art et a construit des passerelles métalliques pour la réserve naturelle. En 2000 on a ouvert le parc naturel au public avec une grande fête. Notre collectif a finalement réussi!
 
Copyright 2015. All rights reserved.
Zurück zum Seiteninhalt | Zurück zum Hauptmenü